En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. Pour en savoir plus et paramétrer les cookies.

Une petite révolution est en marche au lycée français Louis Pasteur à Bogota. Suite à une réflexion collégiale menée au sein de l’établissement, le lycée français a décidé de faire évoluer son Espace Numérique de Travail (ENT) et de migrer vers un autre type de plate-forme.

Une réflexion lancée en juin 2012

AEFE ENT lycee francais etranger

Depuis 2008, le lycée français, grâce à l’investissement de M Anaouji (professeur de technologie et responsable informatique de 2008 à 2012 et actuellement en poste à Madrid, et M Goineau professeur d’histoire-géographie et conseiller Tice de l’établissement depuis septembre 2012) s’est lancé dans une importante modernisation dans le domaine des TICE : site internet, plateforme d’inscription en ligne, réseau informatique rénové et fiabilisé. Une réflexion s’est très vite engagée sur la nécessité de mettre en place un ENT afin de répondre aux demandes des enseignants et de l’introduction des TICE dans les programmes d’enseignement français. Une première expérience, avec une solution libre, a fait prendre conscience à la communauté et à l’administration de l’établissement de l’intérêt et du potentiel de ce type de plateforme.

Jean-Jacques Goineau, nous explique: « En juin dernier, le service communication a réalisé une enquête auprès des parents pour sonder leurs attentes. Il est ressorti de cette enquête que les parents étaient fortement en demande d’un outil pour mieux communiquer avec l’administration et les enseignants, ainsi que d’un accès plus facile aux informations de l’établissement. De nombreux autres paramètres internes nous ont incité à faire évoluer notre plate-forme. Dans un premier temps, nous avons réfléchi à ce que nous pouvions faire avec notre ENT mais en terme d’administration, de support et de confidentialité des données, nous avons souhaité orienter nos recherches vers une plate-forme externe. »

 

De fortes attentes au sein de l’établissement

Le lycée Louis Pasteur est maintenant bien équipé avec un réseau de quatre cents ordinateurs, un serveur pédagogique, un ordinateur et vidéo projecteur (ou TBI) par classe, une salle informatique et quatre armoires mobiles. Depuis 2009, les enseignants sont accompagnés pour l’obtention du C2i2e et l’utilisation des TICE dans leur pratique et des sessions de formation interne par matière sont organisées avec le réseau de conseillers pédagogiques de l’AEFE Amsud ou le maitre-formateur du premier degré.

Le lycée français utilisait déjà un Espace Numérique de Travail libre depuis quelques années. « Les collègues souhaitaient s’orienter vers une solution plus ergonomique et intuitive aussi bien pour l’école primaire que pour le secondaire. Les élèves n’aimaient pas y aller, il était difficile de les raccrocher à nos pratiques. Mais en dépit de ses "défauts", l’ancien ENT mis en place par mon prédécesseur en 2011 a largement contribué à l’évolution des pratiques. Maintenant, il s’agit d’évoluer pour coller aux nouveaux besoins de notre établissement ».

D’un point de vue technique, il fallait gérer près de 6000 utilisateurs dès qu’on incluait les parents. Assurer la maintenance et le support de l’ENT empêchait de se consacrer pleinement à des missions d’établissement plus importantes. « Des problèmes de support et de maintenance, ainsi que la sécurisation de données parfois confidentielles concernant les parents ont achevé de convaincre l’équipe de changer notre système », nous explique-t-il.

Définir un cahier des charges optimum

ENT AEFE

Dès lors que l’équipe du lycée français (primaire, secondaire et membres de la direction) a décidé de changer d’ENT, de nombreuses questions se sont posées.

Ils utilisent PRONOTE du premier au second degré. A l’époque, l’arrivée du logiciel avait bouleversé le quotidien du premier degré, mais aujourd’hui les enseignants sont globalement satisfaits de ce passage sur PRONOTE. Bien que la solution propose des fonctions allant dans leur sens, certains parents hispanophones nécessitent une interface multilingue. Devaient-ils se passer de cette solution et chambouler leurs habitudes ?

La nouvelle plate-forme ne devait pas répondre uniquement à leurs besoins sur un plan pédagogique mais également sur un plan d’amélioration de la communication au sein de la communauté scolaire.
Il fallait trouver une solution permettant d’offrir aux parents le maximum de renseignements sur la scolarité de leurs enfants, sur la vie de l’établissement et un outil aidant le service communication à leur faire passer des informations.

La solution idéale devait également être intégrée : un seul portail avec un seul identifiant par utilisateur, concentrant toutes les informations et la vie scolaire. « Les parents vont beaucoup sur PRONOTE pour consulter les notes et les enfants pour leurs devoirs. Ils seraient obligés de passer par l’ENT et de consulter les informations mises en avant », imaginait Jean-Jacques, « pour les enseignants ce serait surtout un plus. PRONOTE serait accessible de la même manière, ce qui éviterait de changer leur pratique. La nouvelle plate-forme offrirait d’autres outils et applications. »

Un groupe d’enseignants pratiquant les TICE au quotidien avait besoin d’un outil fiable pour déposer et échanger des travaux avec leurs élèves, mettre à disposition des liens vers des sites Internet, des documents au nom de la classe. Il y avait une vraie demande, notamment dans le secondaire, pour ce genre d’outil. Ils souhaitaient une solution agréable et facilement utilisable en classe comme à la maison. Sur le premier degré, beaucoup d’enseignants font des blogs sur des sites externes. Il était important de pouvoir les intégrer sous le chapeau de l’établissement et de les rendre privés ou publics grâce à un mot de passe.

A l’échelle de l’établissement, il devenait urgent de pouvoir proposer un espace de mutualisation administratif et pédagogique plus ergonomique.

Les démarches pour trouver la bonne plate-forme

Une commission a été constituée avec des personnes du premier et du second degré, de l’administration, de la vie scolaire, du service communication. Équipé d’un cahier des charges assez conséquent, la commission a débuté ses recherches en septembre 2012. Elle a très vite été convaincue, en raison de l’importance de l’établissement et des attentes des uns et des autres qu’il valait mieux prendre une solution payante dotée d’un support sérieux et qui puisse répondre aux particularités de leur établissement scolaire.

Ainsi, elle a réalisé une liste des ENT déployés, contacté les éditeurs et bénéficié de plusieurs vidéoconférences. La commission a étudié les fonctionnalités et les conditions financières de chaque fournisseur.

D’après Jean-Jacques, la solution s’est imposée d’elle-même: « itslearning propose une interface et des outils répondants aux besoins de toute la communauté éducative. C’est la seule solution qui gère plus de quinze langues avec un même portail pour le primaire et pour le secondaire. Il n’était pas concevable de demander aux parents de se connecter à différents endroits pour suivre la scolarité de leurs enfants. Cerise sur le gâteau, itslearning intègre PRONOTE ce qui évite la multiplication des identifiants et des mots de passe. La plate-forme itslearning ne change pas les pratiques mais ajoute de nouvelles possibilités ».

 

L’avenir avec itslearning

ENT lycee francais a etranger

« Pour démarrer, nous dit Jean-Jacques, nous mettons en place une phase de test avec des classes pilotes de la maternelle à la première. A partir de juin 2013, nous ferons un bilan pour définir les améliorations à apporter puis déploierons itslearning sur tout l’établissement à la rentrée 2013. Nous souhaitons dans ce domaine travailler étroitement avec Itslearning notamment afin que cet ENT se rapproche des attentes d’un établissement AEFE. Nous testerons également la partie vie scolaire d’itslearning pour la comparer à celle de PRONOTE.
Pour les équipes, nous avons préféré une formation en présentiel avec un formateur itslearning. Nous avons consacré deux jours pour former vingt enseignants et deux autres jours pour les administrateurs du primaire et du secondaire. Dans les mois à venir, nous avons convenu de réunions à distance avec le chef de projet itslearning pour faire le point sur l’avancement du déploiement.
»

Le lycée français Louis Pasteur est bien conscient de l’importance grandissante des nouvelles technologies dans l’éducation. En septembre 2013, ils expérimenteront les tablettes avec deux classes de 6e. Si le projet fonctionne, un nouveau niveau sera déployé chaque année. Ils comptent se servir des capacités d’itslearning pour créer du contenu pour ces tablettes en complément des manuels électroniques et des logiciels propres aux mathématiques. Quant au support papier, il sera conservé pour la maison. L’objectif étant de faire du cartable électronique une réalité au sein de l’établissement.

 

Auteur : Vincent Martinet



Davantage de témoignages

Visitez notre page témoignages pour consulter d'autres reportages.

Ressources Vidéo Contactez-nous