En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. Pour en savoir plus et paramétrer les cookies.

Entretien avec Jean-Baptiste Lesaulnier, Chef de projet ENT et ressources numériques au Conseil Général du Calvados.







Jean Baptiste Lesaulnier

L’Éduc de Normandie s’appuie sur plusieurs partenaires

  • 4 collectivités bas-normandes (département du Calvados, Manche et Orne pour les collèges et la région Basse-Normandie pour les lycées), qui compose un groupement de commande,
  • autorités académiques (Draaf, DIRM, rectorat de l’académie de Caen).

Rôles

  • Les collectivités financent la solution et veillent à sa mise en œuvre.
  • Les autorités académiques organisent la formation et l’accompagnement des personnels des établissements.

Pouvez nous décrire le projet L’Éduc de Normandie ?

Tout d’abord, je tiens à préciser que je parle pour le groupement des collectivités que je vais décrire.
Quatre priorités structurent le déploiement de l’ENT L’Éduc de Normandie dans le Calvados :

  1. l’orientation afin de faciliter le passage de la troisième à la seconde mais aussi de la terminale à l’enseignement supérieur,

  2. La réussite scolaire en facilitant les liaisons école/collège, collège/lycée et en permettant de réduire significativement le décrochage,

  3. Les liens au sein de la communauté éducative dans son ensemble : élèves, enseignants, parents d’élèves, personnels de direction, d’orientation et de vie scolaire, agents des établissements, corps d’inspection,

  4. L’ouverture sur le monde en permettant une meilleure intégration des établissements dans leur environnement économique et social mais également les échanges entre établissements et/ou partenaires départementaux, régionaux, nationaux et internationaux.

En quoi ce projet est une première en France ?

Une première peut-être pas, mais ce projet permettra de déployer une solution d’ENT unique pour tous les collèges et lycées publics de l’académie de Caen. C’est un projet d’envergure pour les tous les acteurs aussi bien collectivités, autorités académiques que prestataires.

L’objectif est ainsi d’aller vers une homogénéité des outils et des pratiques, notamment pour les services pédagogiques sur lesquels je reviendrai. Cette homogénéité devra également faciliter la formation des enseignants aux services numériques pédagogiques, le partage d’expérience et le développement des pratiques.


Combien d’établissements et d’utilisateurs sont concernés par L’Éduc de Normandie ?

Quelques chiffres :

2014
Déploiement dans 36 collèges et lycées publics.

2015
 77 nouveaux établissements.

À terme, 212 établissements (collèges et lycées confondus) bénéficieront de L’Éduc de Normandie. Le déploiement aura lieu sur une durée de 5 années. Cela peut paraître long mais il apparaissait nécessaire de réaliser un accompagnement soutenu et une formation de qualité, dispensée au plus grand nombre au sein des établissements déployés. A ce titre, il fallait tenir compte des contraintes de ressources de chacun des acteurs et notamment des autorités académiques.

Un mot rapide sur le mode de recrutement des établissements qui bénéficieront de l’ENT: nous lançons un appel à projets tous les ans à destination des établissements. Ils doivent décrire leur projet visant à intégrer les pratiques pédagogiques autour d’un ENT. C’est l’aspect le plus important. Lorsque nous analysons les dossiers, nous tenons également compte de critères techniques (disponibilité de l’infra, architecture réseau…), d’un critère territorial (bonne répartition des établissements sur l’ensemble du territoire, cohérence collège/lycée).

 


Vous avez pris le parti d’utiliser la solution de la société itslearning. Une solution très différente de ce propose le marché des ENT en France. Pourquoi avez-vous fait ce choix?

Depuis son démarrage, le projet L’Éduc de Normandie a toujours souhaité accorder une place importante à la partie pédagogique car c’est clairement l’avenir des ENT. Aujourd’hui, la vie scolaire (notes, absences et cahier de textes) est largement entrée dans les pratiques de tous les établissements, quelles que soient la solution employée jusque-là.

Le choix du groupement et des autorités académiques a porté sur la solution its learning pour la qualité, la richesse et la simplicité d’utilisation d'itslearning. Tous les utilisateurs peuvent s’y retrouver. Dans l’académie, certains enseignants avaient déjà franchi le cap et utilisaient depuis quelques années d’autres solutions LMS. Et d’un autre côté, la majorité des enseignants n’avaient jamais touché ou même entendu parler d’une plateforme d’apprentissage en ligne.
Il fallait donc satisfaire les besoins de ces profils différents: d’une part, ne pas ralentir des enseignants-moteur en terme d’usages du pédagogique numérique et, d’autre part, ne pas rebuter les enseignants n’étant pas introduits à ces pratiques.
Et pour cela, itslearning a su répondre à ces besoins: une solution simple mais d’une grande richesse fonctionnelle permettant à tout un chacun de s’y retrouver. Ainsi, les enseignants en charge de la formation, peuvent facilement initier leurs pairs à certains usages simples et néanmoins efficaces: dépôt de fichier, questionnaire auto-évalué, exercice en ligne, zone cliquable…

D’autres usages plus avancés ont également su séduire le plus grande nombre, citons les exemples de la visioconférence à plusieurs utilisateurs ou encore l’enregistrement audio ou vidéo.
Les cas d’usages pour lesquels l’ENT vient apporter une réponse sont très nombreux: enfant malade ou encore classe bloquée (pour cause d’intempérie par exemple).


Je vois que vous avez pris une décision forte pour mettre le cap sur l’école numérique. Une décision en faveur des écoles et des familles. Comment vous imaginez cette «école numérique» dans quelques années ?

Les collectivités accordent une place importante pour le numérique dans l’éducation :

  • ENT,
  • déploiement du Très-Haut-Débit pour répondre au développement des usages,
  • équipement en matériel des collèges et lycées…

Une feuille de route du numérique académique est en cours de définition avec les principaux acteurs de l’éducation au niveau local: rectorat (DAN, inspecteurs, DSI, établissements, équipes qui accompagnent le développement des usages) et collectivités (départements 14, 50, 61, Région).

Elle permettra de :

  • Définir les grandes orientations en termes de développement des usages, d’une part, et d’architecture réseau,
  • De mieux organiser l’intervention des différents acteurs (de l’achat de matériel au développement des pratiques en passant par la formation).

 

Le numérique dans un établissement est une sorte de fusée à plusieurs étages:

1. Le socle = le raccordement et l’architecture réseau,

2. Un aménagement de classe permettant des formes d’enseignements moins frontales,

3. Des équipements : PC, TNI, baladodiffusion…,

4. Des services : ENT,

5. Des ressources : de la simple granule d’information à l’accès au manuel scolaire complet,

6. Des usages.

Sans l’un de ces étages, le reste est inutile ou caduque.

L’ENT constitue une pierre angulaire du dispositif puisqu’il fait le lien entre la partie basse et le développement des usages. De par sa richesse fonctionnelle, L’Éduc de Normandie peut répondre à de nombreux cas d’usages. Ainsi, il est possible de partir d’abord du besoin pédagogique de l’enseignant pour définir un projet numérique de classe ou, plus largement, d’établissement. Il n’y a pas de crainte à avoir, l’ENT saura répondre au besoin pédagogique.

Aujourd’hui, il est difficile de dire si l’école de demain sera intégralement composée de tablettes, tableaux numériques interactifs et autres équipements. Si l’on devait composer un projet idéal, ce serait certainement le cas en fonction des besoins des projets pédagogiques. Mais soyons réalistes et tenons compte des contraintes actuelles: les budgets des collectivités sont extrêmement contraints, une réforme territoriale avec des transferts de compétences à gérer, les ressources pour la formation et l’accompagnement des enseignants à renforcer…

D’une même voix, les départements, la région Basse-Normandie et les autorités académiques ont fait le choix de placer un investissement majeur (tant financier qu’humain) sur le projet ENT l’Éduc de Normandie. Mais il ne doit pas seulement être une «projection de l’espace scolaire actuel» (Jean-François Cerisier – directeur du laboratoire Techné). Il faut avant tout donner les moyens aux enseignants et élèves de développer des pratiques pédagogiques afin d’atteindre des objectifs : d’amélioration des résultats, de création de contenus, de mise en œuvre d’activité pédagogique.

Les pratiques doivent évoluer et, lors de déploiement de tels projets, il faut également faire avec les « a priori » de toute la sphère éducative. L’accompagnement de tous les utilisateurs est un chantier d’ampleur, peu importe le type de projets (que l’on parle de déploiement d’équipements, de services ou d’utilisation de ressources). Soyons vigilant sur ce sujet.


Interview : Vincent Martinet

Septembre 2014

Lien conseillé

Visitez le site de L'Éduc de Normandie pour davantage de reportages.

Ressources Vidéo Contactez-nous