En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. Pour en savoir plus et paramétrer les cookies.

« Un changement difficile, mais nécessaire »

Pour Stéphanie Hamilton de chez Apple, ouvrir les salles de classe aux nouvelles technologies est une nécessité.

Certains enseignants se disent trop occupés pour avoir recours aux TICE.

Stéphanie Hamilton, cadre supérieur du service de solutions stratégiques au service de l'éducation chez Apple Inc., pense que les enseignants aimeraient bien les utiliser. Mais les contraintes du quotidien s'opposent si fortement qu'ils retournent à leurs vieilles habitudes.

« Le problème est que les enseignants ne savent pas bien utiliser ces outils. Il faudrait qu’ils aient la possibilité de découvrir et de savoir comment utiliser tels ou tels types de technologies et ce qu'elles peuvent leur apporter».

Principale intervenante lors de la conférence annuelle des utilisateurs d'itslearning le 23 avril dernier, Mme Hamilton s'est adressée à près de 400 enseignants et membres du personnel administratif d'établissements scolaires norvégiens.

Elle a abordé le thème des technologies de l'éducation en général et certains sujets tels que l'utilisation des appareils mobiles en classe et l'évolution du rôle des enseignants à l'ère du numérique.

Mme Hamilton, qui a enseigné pendant 19 ans, estime que les enseignants hésitent à avoir recours à la technologie notamment parce que l'enseignement comporte une part de risques. Elle a présenté les défis technologiques auxquels les enseignants doivent faire face tout en indiquant les avantages que peuvent apporter les salles de classe virtuelles.

L'utilisation de la technologie en classe dote les élèves de compétences du 21e siècle, augmente les réussites, personnalise l'éducation et différencie l'apprentissage. En utilisant des livres numériques, les élèves peuvent surligner des passages importants et inscrire des notes dans les marges.

La technologie est en train de modifier le visage de l'enseignement. Dans les écoles d'autrefois, les professeurs considéraient leurs élèves comme des pages blanches et leur rôle consistait à remplir les têtes d'informations. Dans la salle de classe d'aujourd'hui, les élèves peuvent utiliser des appareils mobiles en classe pour rechercher des informations parmi les plus récentes.

Selon Mme Hamilton, la quantité d'informations disponibles triple chaque fois qu'un enseignant entre dans une salle de classe.

« Les professeurs ne peuvent pas être des experts en contenu. Mais ils doivent pouvoir fournir le contexte. Nous enseignons des choses, mais nous n'enseignons pas la signification de ces choses. Le but n'est pas de mémoriser puis d'enseigner, il s'agit surtout d'être capable de relier l'information et de la placer dans son contexte. Il faut pouvoir donner la signification contextuelle. »

Par exemple, au lieu d'enseigner la notion d'état de droit à partir d'un livre, elle suggère aux enseignants de rechercher des informations sur le printemps arabe sur Internet pour enseigner la notion de régime despotique.

Selon elle, les enseignants doivent effectuer une transition en passant de la maîtrise de l'enseignement à la maîtrise de l'apprentissage et en instaurant un rapport bidirectionnel avec les élèves.

« Que manque-t-il aux enseignants? Et qu'est-ce que les élèves ont en trop? — Du temps», dit-elle. «Utilisez ce que les élèves savent. »

Selon Mme Hamilton, l'émergence des appareils mobiles dans la salle de classe fait que le secteur de l'éducation revient à ce qu'il était au 16e siècle, lorsque tous les élèves disposaient de professeurs particuliers.

Pour elle, « la technologie permet un apprentissage individualisé ».

« Refuser la technologie aux élèves, c'est comme tenter de retenir un tsunami à la main. »

« Ne pas introduire plus de créativité et d'innovation dans les écoles, c'est préparer les gens à un monde qui n'existe pas. »

Bibliographie conseillée par Stephanie Hamilton

  • Clayton Christensen, Curtis W. Johnson et Michael B. Horn: Disrupting Class: How Disruptive Innovation Will Change the Way the World Learns
  • Chuck Schwahn et Bea McGarvey: Inevitable: mass customized learning
  • Daniel H. Pink: Drive
  • Chip Heath: Switch: How to Change Things When Change Is Hard
Ressources Vidéo Contactez-nous